Algérie pétrole -  une premiére au pays, L´Algérie et la Banque mondiale

Abbonez-vous à notre fil d'actualité

						amazing video:  ‬أشياء ستراها لأول مرة في حياتك الفيديو الأكث...
						The Halal Guys Montreal: La marque  The Halal Guys serra  à Montréal Très populaire...
						amazing video:  ‬أشياء ستراها لأول مرة في حياتك الفيديو الأكث...
						brexit: Les Britanniques se sont prononcés pour une sortie de l´Union européenne (B...
						roland garros:  Roger Federer ne gagnera pas Roland-Garros cette année : il n’y partici...
						egypte:   L’avion d’Egyptair qui avait disparu des radars dans la nuit de mercre...
						grece:  tensions en Grèce, avant le vote de nouvelles réformes(08/05/2016) De...
						Incendie Canada Fort McMurray: Un gigantesque incendie ronge la ville canadienne de Fort McMurray depuis le 1er mai. &nb...
						londre: Le futur maire de Londres  musulman ? Une première dans une grande capitale occide...
Algérie pétrole
Algérie pétrole
Notes du mot clé Algérie pétrole

Note de la semaine : 0.00 | Du mois : 2.86 | De l'année : 1.24


Article concernant Algérie pétrole

 

une premiére au pays, L´Algérie et la Banque mondiale  vont tenir une discussion sur les perspectives de l´économie et la faiblesse des cours de pétrole, institution financière internationale.(14/08/2016)

 

Les autorités financières vont échanger avec les responsables de la BM sur l´analyse concernant l´économie de l´Algérie, publiée fin juillet dernier dans le bulletin trimestriel d´information économique de la région Mena.

 

Les discussions qui vont se tenir par vidéoconférence et auxquelles prendra part l´économiste en chef de la BM pour la région Mena, Shanta Devarajan, sont prévues fort probablement pour le 29 août, selon la même source.

 

La conférence s´inscrit dans le cadre des travaux analytiques que la Banque mondiale réalise et partage avec ses pays membres. Dans cette analyse publiée fin juillet, la Banque mondiale a souligné que la faiblesse des cours de pétrole a poussé l´Algérie à prendre une série de mesures correctives destinées à réduire les dépenses, augmenter les recettes et ajuster les tarifs de l´énergie.

 

La même source tient à préciser qu´il s’agit d’une analyse contenue dans le bulletin trimestriel d´information économique de la région Mena et non pas d´un rapport dédié à l´Algérie. La rédaction et la validation d´un rapport sur un pays membre se fait en concertation avec ses autorités financières.

 

leconews.com

 

Sonatrach a effectué 149 forages d’exploration en 2015, dont seuls 22 puits ont permis des découvertes d’hydrocarbures, indique l’agence Bloomberg.(25/05/2016)

 

Cela n’a pas permis d’augmenter la production globale, précise la même source, ce qui reflète une raréfaction des découvertes.

 

Intensification de l’effort d’exploration

 

Au total, l’Algérie compte 55 puits d’hydrocarbures en cours de production. C’est plus que l’ensemble des pays africains réunis, souligne Bloomberg. Ce n’est pas suffisant pour inverser la stagnation, voire la baisse de la production pétrolière nationale de ces dernières années, qui stagne autour de 1,1 million de barils par jour, rappelle la même source.

 

Pour y faire face, la Sonatrach intensifie ses efforts d’exploration : le pays comptait 36 foreuses en activité en avril dernier et compte en acquérir 6 de plus cette année, indique l’agence d’information économique, citant des données du groupe Baker Hughes. Seulement, les découvertes ne suivent pas. Cela dit, le Nigéria produit tout de même 600 000 barils/jour de plus, avec seulement 6 foreuses en activité, précise Bloomberg.
tsa-algerie.com

 

Les cours du pétrole ont enregistré une  baisse des cours le  lundi à New York sur fond de doutes quant à la volonté des membres de l´Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de participer à une réduction concertée de l´offre.(14/03/2016)

Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril a perdu 1,32 dollar à 37,18 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Il y a beaucoup d´inquiétudes sur le fait que l´Opep arrive ou non à organiser une réunion", a mis en avant Phil Flynn, de Price Futures Group.

Lefigro.fr

إيران ستُغرق سوق النفط بـ2.3 مليون برميل يومياً

 

نقل موقع معلومات وزارة النفط الإيرانية على الإنترنت "شانا" عن مسؤول نفطي إيراني قوله إن بلاده تستهدف تصدير 2.3 مليون برميل من الخام يومياً في السنة المالية المقبلة التي تبدأ في 21 مارس.   وقال مدير شركة النفط الوطنية الإيرانية، ركن الدين جوادي اليوم الثلاثاء "نحاول تطبيق قرارات الحكومة والبرلمان"، وأضاف أن مشروع الموازنة أخذ في الحسبان هدف تصدير 2.3 مليون برميل يومياً.   ومن شان هذه المعلومات ان تؤدي الى انهيار كبير في اسعار النفط خاصة مع الانباء التي تحدثت عن فشل محاولات التفاهم بين السعودية وروسيا على خفض الانتاج

 

Elkhabar.com

 

Le Sahara blend  il s’est déprécié de  47% de sa valeur en2015(19/01/2016)

La moyenne annuelle des prix du brut algérien est passée ainsi de 99,68 dollars le baril en 2014 à 52,79   en 2015, dans un contexte de forte volatilité du marché pétrolier mondial à cause notamment d’une offre abondante. Le Sahara blend a continué sa dégringolade en décembre pour s’établir à 38,59 dollars le baril contre 45,30 en novembre, soit une baisse de 6,71 dollars dans un intervalle d’un mois, selon les données de l’OPEP. L’Organisation explique cette chute des prix, qui ont atteint leur plus bas niveau depuis 12 ans, par l’abondance de l’offre qui plombe le marché pétrolier ainsi que les «signes du ralentissement de l’économie chinoise».

 

L’appréciation du dollar et la faible demande saisonnière sur fond de températures plus élevées que d’habitude enregistrées en décembre ont également contribué à la baisse des prix, souligne le rapport. La production de l’Algérie en décembre dernier a atteint 1,185 million de barils par jour (mb/j), selon des données algériennes officielles. Ainsi, la moyenne de la production algérienne en 2015 a légèrement reculé à 1,156 mb/j, contre 1,193 en 2014.

elwatan.com

 

La crise frappe l’Algérie, il est très claire d’après les derniers résultats statiques qui montrant que Les exportations d’hydrocarbures de l’Algérie, qui pèsent pour quelque 97% du total des ventes du pays à l’étranger, ont chuté de 42,42% sur les onze premiers mois de 2015, indiquent les dernières statistiques du commerce extérieur, établies par les Douanes.(22/12/2015)

 

Entre janvier et novembre 2015, les exportations d’hydrocarbures, révèle ainsi le Centre national de  l’informatique et des statistiques (CNIS) des Douanes, cité hier par l’APS, ont chuté à 32,36 milliards de dollars, contre 56,2 à la même période de l’année passée. Globalement, fait ressortir le bilan du CNIS, la balance commerciale de l’Algérie affiche désormais un déficit aggravé à 12,626 milliards de dollars sur les onze premiers mois de l’année, contre un excédent de 5,452 sur la même période de 2014.

 

Elwatan.com

 

 تراجع أسعار النفط لتقترب من أدنى مستوياتها في سبع سنوات

 

 

تراجعت أسعار العقود الآجلة للنفط الخام، اليوم الاثنين، قرب أدنى مستوياتها في سبع سنوات في رد فعل متأخر على اجتماع "أوبك" الذي جرى يوم الجمعة الماضية.

وهكذا، هبط سعر خام برنت (خام القياس العالمي) ب 1.96 دولار وصولا إلى 41,05 دولارا للبرميل بحلول الساعة الرابعة و42 دقيقة بعد الظهر بتوقيت غرينتش، بعدما هوى في وقت سابق من التعاملات إلى 40,95 دولارا في أدنى مستوى له منذ مارس 2009.

وبلغ سعر الخام الأمريكي الخفيف (متوسط غرب تكساس) 37,95 دولارا للبرميل منخفضا ب 2,02 دولارا، بعد أن هوى في وقت سابق من الجلسة إلى 37,88 دولارا.

وعزا مراقبون هذا التراجع إلى تفادي أعضاء منظمة البلدان المصدرة للبترول "أوبك"، خلال اجتماعهم يوم الجمعة الماضية بفيينا، الاتفاق على حجم الإنتاج ومعالجة تخمة المعروض المتزايدة، وأيضا إلى صعود الدولار.
medi1tv.com

 

Une net  baisse des exportations algériennes d’hydrocarbures se poursuit durant cette année.(21/08/2015)

 elles ont atteint 23,4 millions de tonnes équivalent pétrole, soit un recul de -8,9 % par rapport à la même période en 2014, a dévoilé le ministère algérien de l’Énergie dans la nouvelle édition de la « Revue algérienne de l’Énergie ».

« La valeur de ces exportations a atteint 8,7 milliards de dollars, en forte chute (-44 %), induite par la baisse des prix et dans dans une moindre mesure celle des volumes », a dévoilé Algérie Énergie.

Les hydrocarbures représentent 60 % des recettes budgétaires de l’Algérie et près de 95 % des recettes en devises du pays. En 2014, les exportations algériennes de gaz et de pétrole ont rapporté 58,5 milliards de dollars (-8,16 % sur un an).

En 2015, Alger parie sur un net recul des ventes d’hydrocarbures à 34 milliards de dollars, en raison notamment du recul des prix mondiaux du pétrole.

Alors qu’il s’échangeait autour de 110 dollars le baril en juin 2014, le cours du brut a oscillé entre 50 et 60 dollars en moyenne depuis le début de l’année. Ce vendredi 21 août à 12H39 GMT, il était de 45,79 dollars.

jeuneafrique.com

Le pétrole poursuit sa chute le prix  à New-York était  43 dollars le baril, descendant pour la première fois sous la barre des 45 dollars, ajoutant ainsi une part du doute à une situation qui a déjà atteint son paroxysme d’incertitude.(09/08/2015)

 

Il est vrai que pour l’heure, la référence algérienne en la matière est plutôt le prix du brent qui, lui, s’échange encore à 48 dollars. Un prix inquiétant qui descend au-dessous de la barre des 50 dollars le baril, atteignant ainsi son plus bas niveau.

 

Ces nouvelles qui proviennent des marchés mondiaux tombent très mal pour un pays comme l’Algérie qui n’a les yeux branchés que sur les cours du pétrole d’où proviennent plus de 98% des recettes en devises. Et la situation risque de perdurer. Car, en plus des raisons objectives liées aux aléas économiques, les cours du pétrole risquent une nouvelle fois de dégringoler à cause, notamment, de l’entrée en lice de l’Iran qui va bientôt retrouver le club très fermé des grands pays exportateurs du pétrole.

 

algerie-focus.com

 

 

Les analystes du marché n’écartent plus qu’une telle possibilité se concrétise au cours des prochaines semaines, sur fond de morosité générale des marchés. Vendredi, ils clôturaient leur cinquième semaine de baisse consécutive avec un cours du baril se rapprochant dangereusement des plus bas enregistrés en mars.


Le brent de la mer du Nord a ainsi fini la semaine à 52,25 dollars en perdant 1,06 dollar. Le brut léger américain ou WTI a perdu tout au long de juillet 20% de sa valeur et finit le mois sur une nouvelle baisse à 47,12 dollars en lâchant, vendredi, 1,4 dollar. Après s’être redressés largement au-delà des 60 dollars en avril et mai derniers, les cours repartent à la baisse. En cause, un sentiment de morosité généralisée au sein des marchés et que les bonnes nouvelles ne peuvent plus affecter pas même la chute-surprise des stocks américains cette semaine.
elwatan.com

 

تراجع المعدل الشهري لأسعار خام الصحاري الجزائري خلال شهر جوان الماضي بأكثر من دولارين ليبلغ 61.69 دولار للبرميل، حسبما كشفته منظمة الدول المصدرة للنفط "أوبك" في تقريرها الشهري الصادر الاثنين.

وأوضحت بيانات المنظمة أن معدل أسعار خام الصحاري انتقل من 12ر64 دولار للبرميل في ماي إلى 69ر61 دولار للبرميل بانخفاض قدره 43ر2 دولار.

وجاء هذا الانخفاض توازيا مع الهبوط العام لأسعار النفط في الأسواق العالمية نهاية الربع الثاني 2015 بالرغم من الانتعاش الملحوظ خلال مارس وأفريل وماي.

Echoroukonline.com

 

سيدفع أصحاب السيارات سعر الوقود مرتفعا جدا بعد استهلاك ما بين 60 و80 لترا في الاسبوع الواحد عند مستوى 3 آلاف دينار. وحسب مشروع مازالت الدراسة جارية حوله على مستوى الحكومة، فإن دعم الدولة للوقود سيخص الكمية المحددة شهريا فيما سيتضاعف السعر بشكل كبير عند تجاوز هذه القيمة من الاستهلاك.

 

 

 

كشفت  مصادر مطلعة أن الحكومة تسطر لإدخال المشروع حيز التنفيذ السنة المقبلة وهذا بعد توفير الوسائل الضرورية لتطبيقه، وتتمثل أولى هذه الوسائل في بطاقة تعبئة الوقود سبق وأن أشارت إليها الشروق الأسبوع الماضي. هذه البطاقة الذكية ستسلم لكل حامل بطاقة رمادية حسب ما أوردته مصادرنا، والتي يرجح أن تشكل قيمة 3 آلاف دينار قيمة مرجعية للاستهلاك الشهري 

 

ومعلوم أن رفع الدعم عن الوقود أو تقليص استهلاكه لتخفيف وزره على خزينة الدولة كان دائما محل طلب من صندوق النقد الدولي والخبراء الاقتصاديين، فمن مجمل الدعم الضمني للطاقة الذي تجاوزت قيمته سنة 2013 مستوى 2080 مليار دينار ما يعادل حسب سعر صرف الدينار الحالي قرابة 20 مليار دولار، بلغ دعم الوقود وحده 818 مليار دينار أي حوالي 8 مليارات دولار. هذه الفاتورة تتحملها الدولة وتتضاعف سنويا بشكل يثقل كاهل ميزانية الدولة 

 

ودفعت الوضعية المالية والاقتصادية الجديدة للجزائر الحكومة إلى التفكير بجدية هذه المرة بخصوص دعم الدولة للوقود خاصة بعد انعقاد مجلس الوزراء مؤخرا حين أمر رئيس الجمهورية بإيجاد حلول لعقلنة استهلاك الطاقة بما فيها الوقود والحد من تبذير هذا الأخير.

 

 

 

وفي هذا الاتجاه، شرعت الحكومة وعلى وجه التحديد وزارتا الطاقة والمالية في إعداد مشروع يقلص قيمة دعم الوقود، حيث أكدت مصادر الشروق أن الخيار المتاح يتمثل في تسقيف دعم استهلاك الوقود في مستوى لن يتعدى 80 لترا وأن المقترح الأقرب للتطبيق هو 60 لترا في الاسبوع.

 

echoroukonligne.com

 

l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a décidé hier, lors de sa 167e réunion dans la capitale autrichienne, Vienne, de maintenir inchangé son plafond de production, fixé officiellement à 30 millions de barils par jour (mbj).(06/06/2015)

Comme pressenti depuis quelques semaines, les pétromonarchies du Golfe, l’Arabie Saoudite en chef de file, ont donc réussi à imposer leur vision au sein de l’OPEP au détriment d’autres pays, plus vulnérables à la chute des prix du brut, à l’image de l’Algérie.

elwatan.com

تعرف محطات الخدمات عبر عديد بلديات ولاية تيبازة هذه الأيام أزمة وقود "خانقة" تسببت في طوابير طويلة للمركبات امام محطات الوقود.

وتكاد مظاهر هذه الطوابير من سيارات وحافلات النقل و شاحنات المركونة على طول الطرق المؤدية إلى محطات الوقود تعيشها أغلب محطات الولاية بشرشال و بواسماعيل و عين تاقورايت و حجوط و قوراية و الداموس و القليعة و سيدي راشد. و تبقى الأسباب "مجهولة" حسب المدير الولائي للطاقة حفيظ شمعون لوكالة الأنباء الجزائرية، اليوم الخميس، مبررا هذه الوضعية إلى "سوء تقدير و هلع المستهلكين" ما خلق "ضغطا" جراء "حدة" الطلب المسجل. و بمدينة حجوط فقد أغلقت اليوم الخميس المحطات الثلاث التي توزع الوقود أبوابها أمام الزبائن بعدما استنفذت مخزونها من الوقود ما جعل الزبائن "يغرقون" في رحلة بحث عن الوقود بباقي محطات الولاية

 

Elkhabar.com

 

 

L´effondrement des prix du pétrole ont pesé sur les comptes extérieur  de l´Algérie qui a enregistré un déficit de 341 millions de dollars durant les deux premiers mois de l´année 2015, selon des chiffres officiels.

 les exportations algériennes notamment en hydrocarbures, principale source de devises pour le pays, ont chuté de 28%, passant de 10,39 milliards de dollars sur les 2 premiers mois de 2014 à 7,24 milliards sur la même période de l´année en cours, ont indiqué dimanche les Douanes algériennes.

Lematin.ma

“بريتيش بتروليوم” تنسحب من حقل “بورارحات جنوب” لدواع أمنية

 

يزداد الضغط على الجزائر يوما بعد يوم، وبالتحديد على شركة سوناطراك التي أوكلت لها مهمة استعجالية لرفع الإنتاج، في ظل معطيات سوق نفطية غير محفزة، مقابل ارتفاع محسوس في نفقات الدولة، ليتزامن ذلك وقرارات انسحاب عدد من الشركات البترولية من حقول

 

 نفطية فازت بصفقات استغلالها، آخرها الحقل الغازي “بورارحات جنوب” بحوض إليزي جنوب شرق الجزائر، الممنوح للشركة البريطانية “بريتيش بتروليوم”.

 

elkhabar.com

 

 

 أوقفت شركة البترول الفنزويلية “بي.دي.في.إس.إي” شراء النفط الخام الجزائري الخفيف الذي كانت تمزجه بنفطها الثقيل عالي الكبريت بسبب مشكلات فنية وخلافات بشأن السعر. وينهي هذا القرار جهودا لخفض التكلفة أطلقتها فنزويلا في أكتوبر الماضي لاستخدام مزيج صحارى الجزائري بدلا من النفط الثقيلة الأغلى سعرا لتخفيف خام حزام أورينوكو المحلي الذي يشكل حوالي 40% من إنتاج فنزويلا، حيث كانت الشركة الفنزويلية، حسب ما نشرته “سي أن بي سي العربية” على موقعها، قد مزجت ما يصل إلى 4 ملايين برميل من الخام الجزائري الخفيف بنفطها عالي الكبريت لإنتاج مزيج للتصدير يوجه أساسا إلى الولايات المتحدة والصين.

elkhabar.com

Une perte de  300 milliards de dollars, rien que dans les pays du Conseil de coopération du Golfe. Chose qui ne manquera pas d’avoir un impact sur la croissance, particulièrement dans les pays exportateurs de la région Mena, dont les prévisions baissent d’un peu moins d’un point (-9%) pour l’année 2015 et 2015 par rapport aux prévisions d’octobre 2014 fixées respectivement à 3% et à 3,7%.

L’Algérie n’échappera pas à la tendance. Et si celle-ci a réussi à limiter la chute des cours du brut, lesquels ont perdu 55 % de leur valeur depuis juin 2014, les données du FMI inquiètent. En termes de revenus issus de l’exportation du pétrole et du gaz, l’Algérie risque de perdre pas moins de 20 milliards de dollars en 2015. Plus qu’une perte de revenus à l’export, c’est le budget de l’Etat qui devra absorber un lourd contrecoup.

Largement dépendante des hydrocarbures, l’Algérie enregistre un prix d’équilibre budgétaire pour 2015, supérieur à 120 dollars, d’après les données du FMI. Partant de là, l’institution de Bretton Woods prévoit un solde budgétaire négatif pour notre pays de 15,1% du Produit intérieur brut pour l’exercice en cours.

Elwatan.fr

Les recettes recouvrées au titre de la fiscalité pétrolière ont marqué une baisse de 5,9% durant les neuf premiers mois de 2014,  selon le dernier bilan du ministère des Finances(07/01/2015)

ال

 

جزائر تقترب من الصدمة النفطية.. كيف سيؤثر ذلك على دعمها لـ "البوليساريو

 

Le ministre saoudien du pétrole : « l’Opep ne réduira pas sa production même si les prix du baril baisseront à 20 dollars »(23/12/2014)

 

Algérie: le pays perd 50 millions de dollars par jour

 

Les marchés pétroliers alarment. Les objectifs assignés aux pays producteurs de pétrole, en termes de revenus, paraissent compromis.(12/12/2014)

 

Pourtant, les prévisions ne semblent en rien entamer l’optimisme des responsables algériens. C’est le cas du gouverneur de la Banque d’Algérie. En marge d’une conférence financière à Abu Dhabi que Mohamed Laksaci a évoqué de bonnes perspectives de croissance pour 2015. Selon Reuters, le gouverneur de la Banque d’Algérie a ainsi parlé de 4% de croissance pour une économie dont le potentiel de croissance serait de 5%. Une déclaration qui peut, certes, étonner dans la mesure où la situation du marché pétrolier ne permet pas, aujourd’hui, de faire des projections marquées d’un trop-plein d’optimisme, surtout pour une économie dépendant essentiellement du pétrole comme l’Algérie.

 

elwatan.com

 

 

(04/12/2014)تراجع أسعار النفط .. الجزائر مضطرة لإعادة النظر في توجهها الاقتصادي والاجتماعي

 

Les cours du pétrole ont chuté jeudi à de  nouveaux plus bas depuis 2010 après la décision de l´Organisation des pays   exportateurs de pétrole (Opep) de maintenir son objectif de production à 30   millions de barils par jour malgré la surabondance actuelle sur le marché, le cours actuelle est de 72 dollar par baril(27/11/2014)   

 le Québec voudrait réduire la dépendance du canada au pétrole algérien, qui représente près de 40 % de ses importations en brut. Il se tournerait, dans le futur, davantage vers la province d’Alberta et les Etats-Unis.

Sans donner d’échéancier précis, Pierre Arcand, ministre québécois des Ressources naturelles, qui répondait à un député de l’opposition, a affirmé que «la sécurité énergétique est de plus en plus importante et le Québec tentera de s’approvisionner davantage chez ses voisins d’Amérique du Nord en pétrole, que ce soit d’autres provinces ou des Etats américains». Le ministre faisait le lien avec l’instabilité actuelle au Moyen-Orient due à l’émergence de l’organisation appelée Etat islamique. «Quand on voit ce qui se passe avec toute la question de l’Etat islamique, il est clair qu’on a avantage à regarder nos approvisionnements énergétiques de notre côté, du côté nord-américain (...) et de dépendre le moins possible des approvisionnements qui viennent de l’extérieur», a-t-il dit pendant l’interpellation, ajoute l’agence de presse canadienne.

elwatan.com

*

Le prix du baril de Brent est descendu ce jeudi 13 novembre sous la barre des 80 dollars pour la première fois depuis 2010. Une chute qui intervient après l´apparition de preuves de ralentissement de la demande de l´économie chinoise en énergie et une prédiction de l´organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sur une chute importante de la demande l´année prochaine.

 L´or noir a atteint 79.85 dollars le baril alors que l´économie chinoise, deuxième au monde, connaîtra cette année son plus faible taux de croissance depuis 24 ans, indique l´agence Reuters. Le rapport de l´OPEP, publié mercredi 12 novembre, fait état d´une baisse de la demande du pétrole de près d´un million de barils par jour à cause du "shale boom", l´augmentation de l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels aux Etats Unis.

 

Mais cette baisse de près de 25% des prix du pétrole depuis juin dernier n´inquiète pas l´Algérie, selon le ministre de l´Energie, Youcef Yousfi. "La chute des prix n´a aucun impact sur l´économie nationale ni sur les projets de Sonatrach", a-t-il déclaré le 11 novembre. Cette assurance n´est cependant pas partagée par les spécialistes.
huffpostmaghreb.com

 

Le solde du compte courant de l’Algérie devrait tourner au négatif en 2014. Les prévisions pour 2015 sont encore plus dégoutantes. Cela signifie que le pays dépense plus qu’il ne gagne, selon un rapport de la Banque Mondiale sur les "Subventions Corrosives" dans les pays de la région MENA.

Dans la série "MENA Economic Monitor", le rapport de la Banque Mondiale, intitulé les "Subventions Corrosives", constate que la performance économique de la région MENA en 2014 "est encore plus atténuée, et dans certains cas, plus trompeuse". La croissance économique dans cette région devrait être de "3% pour cette année, mais cette moyenne masque une grande différence" entre les revenus et le niveau développement des pays concernés.

Selon le document, la région MENA, qui représente "5,5% de la population mondiale", ne dispose que de "3,3% de son PIB (mondial)" et affiche "48% de ses subventions à l´énergie" (produits pétroliers, gaz naturel et l´électricité). Ces subventions, introduites dans les années 1970, ont pris des "proportions importantes des économies" de ces pays. "Après la récente série de réformes, les subventions de l´énergie en Egypte, en Tunisie et au Yémen représentent encore plus de 5% du PIB. Les subventions sont encore plus élevés dans les pays exportateurs d´hydrocarbures : l´Algérie, l´Iran, l´Irak et l´Arabie saoudite. Elles dépassent 10% du PIB", indique le document.

Lorsque les ressources le permettent, les subventions ont un impacte moins important sur les finances du pays. Mais en périodes de vaches maigres, marquées par le recul des recettes pétrolières, les subventions plombent la croissance économique. Selon ce rapport, la croissance économique globale de l’Algérie "a été lente en raison d’une baisse de la production d´hydrocarbures". "Alors que la croissance hors hydrocarbures a été vigoureuse, dépassant 6,5% en moyenne depuis 2010, la croissance globale n’a été en moyenne que de 3% parce que la production d´hydrocarbures a été en baisse. Cela a également eu un fort effet sur le solde du compte courant qui baissé d´un excédent de 6% du PIB en 2012 à un déficit de 0,5% du PIB en 2014", explique le rapport. Les prévisions pour 2015 ne sont pas bonnes, puisque le document indique que le solde du compte courant de l’Algérie devrait baisser encore jusqu’à atteindre -2,2% du PIB, alors qu’il était, selon la même source, de 9,9% en 2011, 6% en 2012 et 0,3% en 2013. Le solde du compte courant, qui traduit la capacité ou le besoin de financement d’une économie nationale, signifie, s’il est négatif, que le pays dépense plus qu’il ne gagne.

maghrebemergent.com

Malgré l’effondrement des cours du pétrole depuis plus d´un trimestre (-26 %), les recettes algériennes provenant de la ventes d´hydrocarbures se sont maintenues. Entre janvier et fin septembre, elles ont ramené 47,18 milliards de dollars, en légère amélioration de 0,44 %. L´excédent commercial du pays, en revanche, poursuit sa dégringolade.(02/11/2014)

 

Les profits algériennes tirées des ventes d´hydrocarbures se sont soutenues durant les neuf premiers mois de 2014 malgré la chute des prix du pétrole, a annoncé le lundi 20 octobre l´organisme officiel des statistiques algérien.

 

 

Il y a de bonnes raisons de croire que la dégringolade des cours du pétrole qui a ramené, en à peine quelques semaines, le prix du Brent au dessous de 90 dollars s’installe dans la durée si, comme le rapportent certains médias américains, la baisse a été expressément provoquée par les Etats-Unis d’Amérique et l’Arabie Saoudite dans le but d’affaiblir l’Iran, la Russie et le Venezuela qui auraient pris trop d’aise à leur égard en raison des faramineux excédents financiers que les prix exagérément élevés des hydrocarbures leur ont permis d’accumuler tout au long de ces quinze dernières années.(27/10/2014)


Les pays producteurs de pétrole attendent fébrilement la réunion de l’OPEP qui devrait se tenir le 27 novembre prochain à Vienne pour connaître la réaction des pays membres du cartel, notamment celle de l’Arabie Saoudite, pour savoir de quelle manière le marché pétrolier évoluera à terme. Cette première alerte sur une fort probable poursuite de la baisse des cours du brut devrait cependant interpeller les autorités politiques algériennes qui ont toujours conditionné le développement économique et social du pays à la présence d’une importante rente d’hydrocarbures, sur la nécessité de commencer d’ores et déjà à faire appel aux capitaux privés pour prendre financièrement en charge une part significative des programmes de développement.

La nécessité de faire appel aux promoteurs privés est d’autant plus grande que l’Etat est contraint de réserver une part de plus en plus grande de son budget au paiement d’une pléthore de fonctionnaires et de transferts sociaux si élevés qu’ils laissent peu de ressources à consacrer au développement proprement dit. La présence dans notre pays d’une manne colossale de capitaux oisifs détenus par des milliers d’hommes d’affaires algériens (environ 50 000 importateurs déclarés, plus de 100 000 sociétés de services, un nombre incalculable de milliardaires du marché informel, etc.), peut en effet inciter, notamment dans un contexte de crise financière, à leur faire appel en prenant évidemment la précaution d’encadrer juridiquement leurs contributions.
elwatan.com

un nouveau plus bas annuel pour le petrol 

Les prix du pétrole poursuivent leur baisse et s’approchent du seuil des 90 dollars. Hier, jeudi 2 octobre, le baril de Brent, coté à Londres (la référence pour le pétrole algérien), a touché son plus bas sur les 52 dernières semaines à 91,53 dollars avant de se redresser légèrement. Ce vendredi à 10h, il cotait 93,60 dollars. Depuis le début de l’année 2014, la baisse atteint 15,3%. Elle s’établit à 15,6% sur les trois derniers mois.

 

À New York, le pétrole est même passé, jeudi 2 octobre, sous la barre des 90 dollars, une première depuis avril 2013.

 

Pour l’Algérie, cette tendance baissière des cours est un sujet de préoccupation. En l’absence de réformes sérieuses, l’économie nationale demeure très dépendante des exportations des hydrocarbures. Il y a quelques jours, alors que le baril se négociait encore à 98 dollars, le ministre de l’Énergie Youcef Yousfi évoquait sa « grande préoccupation », avant de démentir ses propos.

le 03/10/2014
tsa-algerie.com

 

L´Algérie : Une économie chancelante basée sur le pétrole

«L´Algérie risque le même sort que le Titanic. Malgré sa puissance et faute d´avoir amorcé le virage à temps, il a sombré au contact d´un iceberg.» Chez Nabni, un collectif d´Algériens de la société civile qui tente d´alerter depuis plusieurs années les décideurs sur la gravité de la situation, on ne sait plus quelle métaphore utiliser pour dire qu´il y a urgence à changer de cap.

Ils ne sont pas les seuls à penser que le modèle économique algérien, appuyé sur des recettes provenant à 97 % des hydrocarbures, n´est plus soutenable. L´an dernier, la directrice du FMI, Christine Lagarde, qui a remercié son créditeur (l´Algérie lui a accordé un prêt de 5 milliards de dollars) et félicité la première économie du Maghreb pour ses performances, a tout de même laissé entendre que le pays pourrait «se retrouver débiteur plus rapidement qu´il ne le croit».

Mais sortir de la dépendance aux hydrocarbures suppose une rupture qui pourrait remettre en cause la paix sociale, largement financée par la rente. Subventions sur le carburant, l´électricité et le gaz, le lait, les céréales, aide à la création d´entreprise, au logement, augmentations des salaires des fonctionnaires En 2014, les transferts sociaux dépasseraient les 50 milliards de dollars, soit un peu plus d´un tiers du PIB. Mal gérées et diluées dans une inflation de plus de 10 %, ces dépenses, qui s´ajoutent à une facture de plus de 60 milliards de dollars d´importations, font frémir les experts, persuadés que l´État devrait se concentrer sur d´autres priorités.

Assurer son autosuffisance alimentaire, par exemple. L´Algérie est pour l´instant, en Méditerranée (hors UE), le pays qui importe le plus (21 %) et qui exporte le moins (0,48 %) de produits agroalimentaires. Son agriculture ne contribue que pour 7 % à la construction du PIB national, et, selon la FAO, elle ne parvient même pas à produire les aliments essentiels à la consommation humaine.

Le spectre de «l´assistanat»

Enfin, instaurer un climat propice aux investissements. «Comparées au reste du monde, nos entreprises ne sont pas compétitives, regrette Abdelhak Lamiri, président de l´Institut international de management à Alger. Nous n´avons ni la quantité ni la qualité des entrepreneurs qu´il faut pour nous développer.» Il faut dire que l´État, qui se méfie du privé, ne fait rien pour aider l´entreprise dont il a asservi la croissance à l´administration centrale et à la commande publique. En 2013, dans son rapport «Doing business», examinant les facilités pour créer une entreprise, obtenir un permis de construire ou demander un prêt, la Banque mondiale, sur 189 pays, a rétrogradé l´Algérie à la… 153e position. Rassuré par ses performances (près de 200 milliards de dollars de réserves de change), convaincu qu´il dispose encore de gisements de gaz et de pétrole inconnus, et aveuglé par les estimations qui placent l´Algérie dans le top mondial des réserves de gaz de schiste, l´État ne perçoit pas les menaces.

Soumis au prix du baril de brut, son avenir ressemble à un scénario catastrophe: un endettement de plus de 60 milliards de dollars en 2020 et des réserves de change épuisées en 2025. Or, dans dix ans, l´actuelle poussée démographique garantit une explosion de la demande sociale. À ce moment-là, la population dépassera les 50 millions d´habitants et 70 % d´entre eux seront en âge de travailler. Pour le régime «qui a fait des ressources économiques un outil politique pour la conservation du pouvoir et a créé une conscience collective de l´assistanat», selon les termes du sociologue Noureddine Hakiki, directeur du laboratoire du changement social à l´université d´Alger, pourraient alors commencer les véritables ennuis.

Source : lefigaro

Image(s) concernant Algérie pétrole
Algérie pétrole
Site(s) parlant(s) de Algérie pétrole
Ajouter votre lien
Commentaires à propos de : Algérie pétrole
Nuage des mots lié à Algérie pétrole
  • Algérie
  • économie
  • chancelante
  • basée
  • pétrole
  • alerte
  • virage
  • temps
  • contact
  • gravité
  • penser
  • collectif
  • recette
  • directrice


Copyright Tendance du web 2013 - 2016
Tendance 2015 | Tendance 2014 | Tendance 2013 | Le principe | Nous contacter | Hosted by Softihost | Partenaire Chtayri(Annonces gratuites)